LURE

Lure sous-préfecture de la Haute-Saône est une ville-carrefour, tant sur le plan routier que ferroviaire.
Parlons d'abord du quartier de la Font. Celui-ci réunit les empreintes les plus anciennes et les seules vraiment intéressantes de l'histoire.
L'ancienne abbaye bénédictine abritait une communauté de moines dont la fondation remonte à 613.
L'hôtel de ville, rue de la Font, qui jouxte le palais de justice, a été élevé en 1832 sur l'emplacement de l'antique maison de ville datant elle même de 1400.

L'église Saint-Martin construite au cœur de la cité entre 1740 et 1745 sur les vestiges d'une première église dévastée par un incendie en 1720 et dont l'origine remonte à 1556 est flanquée dans le prolongement du chœur d'une ancienne chapelle. Elle est classée monument historique ainsi que plusieurs tableaux, dont celui de la Crucifixion, placé au dessus de l'autel, et qui est une copie fidèle du véritable tableau de Rubens.

Afin de personnaliser l'image de marque de la ville, un mouvement d'émulation a été amorcé en 1977 pour populariser le souvenir de l'un des plus illustres de ses enfats Georges Colomb, botaniste célèbre et écrivain, né en 1856 à Lure et mort à Nyons en 1945.
Divers manifestations culturelles et artistiques perpétuent l'œuvre de l'auteur composée de trois ouvrages littéraires résolument tournés vers la détente de l'esprit, qui ont pour titre : le sapeur Camenber, la famille Fenouillard, l'idée fixe du savant Cosinus.
Un autre personnage illustre est né à Vouhenans près de Lure, en 1738 : le chirurgien Pierre-Joseph Desault, le professeur de Bichat.